CrossFit, muscu, Fitness : perd-t-on de sa PASSION lorsque l’on en fait son métier ?

Vidéo – Perd-t-on de sa passion lorsque l’on en fait son métier?

Lorsque l’on fait de sa passion son métier, notre relation avec notre passion se trouve complètement chamboulée. On y passe beaucoup plus de temps et on s’occupe plutôt des autres. Si l’on en a pas forcément envie, il faut quand même y aller car notre gagne pain en dépend. Des éléments annexes, qui n’ont à la base rien à voir avec votre passion, viennent s’ajouter, surtout lorsque vous êtes indépendant : prospection commerciale, communication, marketing, comptabilité…

Bref, cela change votre quotidien avec votre passion… Au point que certains peuvent la perdent lorsqu’elle devient leur métier.

 

Livret gratuit à télécharger : cliquez sur l’image

Visuel Livret PENDANT

 

Dans cette vidéo, je vous indique 4 éléments à prendre en compte pour limiter le risque de perdre votre passion lorsque vous voulez en faire votre métier.

Fruit de discussions avec d’autres coachs sportifs qui se sont reconvertis et de ma propre expérience, j’ai essayé de trouver les points communs entre ceux qui ont réussi à garder intact leur passion, voire à l’amplifier, en passant de l’autre côté du miroir… Et ceux qui l’ont peu à peu perdu, impactant par là-même à la fois leur vie professionnelle et leur relation personnelle avec leur passion.

Vous avez des questions ? Des réactions ?

Exprimez-vous dans les commentaires sous cet article. Je préfère que vous laissiez vos commentaires plutôt que de m’envoyer un mail histoire que d’autres lecteurs puissent profiter  de nos échanges.

 Retranscription – Crossfit, muscu, fitness : Perd-t-on de sa passion lorsque l’on en fait son métier?

Cette excellente question m’a été posée par Alex, l’un des lecteurs du blog Réussir son BPJEPS. Alex est informaticien et réfléchit a une reconversion professionnelle. Il fait de la muscu et des sports de combats depuis de nombreuses années. Il est également musicien et a été prof de musique, ce qui lui a fait un peu perdre de sa passion. Il se demande donc si cela pourrait lui arriver avec le sport.

 

En ce qui me concerne, je n’ai pas perdu de ma passion en devenant coach sportif. Mais c’est vrai que certaines personnes l’ont perdu. Je me suis donc interrogé sur les différents critères qui pouvaient faire que l’on pouvait perdre ou non de sa passion.
J’ai donc trouvé 4 critères:

 

1er critère : Est ce que c’est une vraie passion?
Par vraie passion, j’entends une passion qui a traversé les années et les épreuves. Par exemple, si vous avez découvert le cross fit  il y a un an et que vous n’avez jamais fait de cross fit, ni de muscu, ni de fitness avant, c’est peut être une passion qui est encore éphémère et de laquelle vous pourrez peut être vous lasser dans quelques années. En général quand je parle de vraies passions, il y a une notion de durée que je considère minimum de 5 ans. Donc si vous n’êtes pas dans le milieu depuis au moins 5 ans ça reste difficile de savoir si cette discipline vous passionnera sur le long terme.
Le deuxième élément est est-ce que cette passion a traversé avec vous des épreuves? Car généralement quand on change d’environnement, ou qu’un événement particulier se passe, nos passions peuvent changer. Par exemple, si vous avez déménagé d’une ville ou d’un pays à un autre, est-ce que vous avez continué d’exercer cette passion. Un autre exemple, est-ce qu’en passant de célibataire à en couple ou inversement, cette passion est restée? Si vous avez actuellement des enfants, est ce que cette passion est restée avant et après. Si vous avez été blessé d’une façon assez importante, avez vous continué votre passion malgré les contraintes?

 

Donc le premier critère est une durée d’au moins 5 ans et avoir traversé les épreuves avec cette passion.

 

2ème critère : Aimez vous transmettre vos connaissances et accompagner les autres? Car on a beau être passionné, lorsque l’on est coach sportif, on n’est pas tourné vers soi-même mais vers les autres. Il est donc intéressant de voir  dans votre passé si vous avez été naturellement vers les autres, amis ou famille, pour leur enseigner des mouvements de cross fit, de muscu, si ça a été un plaisir pour vous et si les autres ont bien compris ce que vous leur avez expliqué.

 

3ème critère : Avez-vous la légitimité naturelle pour devenir coach sportif? Ce que j’entends par légitimité naturelle c’est qu’avant même de commencer votre formation, avant même d’être diplômé, est ce que naturellement les gens venaient ou viennent vers vous pour vous demander conseil au sujet d’un mouvement ou de la manière de vous entraîner. C’est important car cela vous créera des opportunités par la suite car vous avez déjà l’image et la légitimité nécessaire et donc votre vie professionnelle plus simplifiée par cette légitimité naturelle que vous avez.

 

4ème critère : Avez-vous une base financière suffisamment solide? J’aborde ce point là car si au moment où vous commencez votre vie professionnelle et que vous cherchez du travail en tant que coach sportif, vous êtes juste niveau financier, vous allez certainement accepter la première offre venue. Et cette offre là peut ne pas du tout vous convenir et si vous restez enfermé dans ce choix moyen, vous risquez de perdre de votre passion. Pour optimiser les chances de rester passionné, je conseille justement d’attendre et d’être sûre de se mettre dans la bonne voie et cela met en général beaucoup de temps. Cela est très variable mais je suggère en général que si vous souhaitez être salarié sur une salle de fitness ou d’une boxe cross-fit ou d’un studio de coaching, c’est un peu moins risqué pour vous et vous devez avoir trois mois devant vous pour avoir un peu plus de temps pour voir venir les choses. Trois mois c’est-à-dire qu’il faut au moins 3 fois la somme nécessaire par mois pour vivre (par exemple besoin de 1500 € pour vivre par mois * 3 = 4500€ ). Cela vous permettra d’être serein financièrement et de pouvoir attendre une offre convenable.
Si vous êtes indépendant, en revanche, les choses sont plus aléatoires et peuvent mettre un peu plus de temps pour que vous puissiez en vivre convenablement. Je suggère un temps de 6 mois et donc de prévoir la somme nécessaire pour avoir le temps de vous constituer la clientèle qui vous plait. Si vous avez une activité à temps partielle, ça peut être une solution également. Vous pouvez n’avoir que 3 mois de coté, car le reste viendra via votre emploi à temps partiel.

 

Donc si vous répondez oui à au moins 3 critères que je viens de citer, n’attendez plus et foncez!
Lancez vous dans la formation BPJEPS AGFF, vous ne risquez pas grand chose et même cela pourra vous permettre d’arrondir vos fins de mois en donnant des coaching de manière ponctuelle.

 

Vous pouvez télécharger le livret gratuitement Bien choisir son centre BPJEPS AGFF sur le blog Réussir son BPEJPS

Et vous, avez-vous perdu votre passion ou connaissez-vous des gens dans ce cas ? Pourquoi ? Partagez votre expérience en commentaire !

 

Livret gratuit à télécharger : cliquez sur l’image

Visuel Livret PENDANT

Rajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.