Les secrets de la FORCE

Reussir son BPJEPS AF AGFF LES SECRETS DE LA FORCE force puissance

Qu’est-ce que la force ?

Cette question peut vous être posée par le jury. Vous pouvez retenir l’une des 2 définitions ci-dessous ou en composer une que vous arrivez mieux à retenir :

 

Livret gratuit à télécharger : cliquez sur l’image

Visuel Livret PENDANT

 

Définition 1 : Force = capacité de résister à une charge ou de la déplacer

Définition 2 : Force = faculté de supporter ou vaincre une résistance extérieure grâce à des tensions musculaires

 

La force est l’une des 5 aptitudes physiques fondamentales « officielles » aux côtés de l’endurance, de la souplesse, de la vitesse et de la coordination.

 

Nb : pour les adeptes de CrossFit, vous verrez que les aptitudes physiques fondamentales passent de 5 à 10, à savoir :

  • L’endurance fondamentale est découpée entre l’endurance cardio-vasculaire et l’endurance musculaire, qu’on appelle également la « résistance musculaire».
  • La puissance : la puissance étant le produit de la force et de la vitesse, c’est a priori pour cela que cette dernière n’est pas retenue dans les 5 aptitudes physiques fondamentales classiques.
  • L’agilité, définie comme la capacité à minimiser le délai de transition d’un modèle de mouvement à un autre.
  • La précision, définie comme la capacité à contrôler le mouvement dans une direction donnée ou à une intensité donnée.
  • L’équilibre, définie comme la capacité à contrôler le placement du centre de gravité du corps par rapport à sa base d’appui.

Nb : Si on vous demande pour l’examen, le CrossFit étant loin de faire l’unanimité parmi l’ancienne école, mieux vaut que vous citiez les 5 aptitudes fondamentales

 

 Pourquoi se renforcer ou essayer d’augmenter sa force ?

Reussir son BPJEPS AF AGFF LES SECRETS DE LA FORCE ouvrir un pot

Vous avez certainement quelques idées sur cette question, mais connaissez-vous d’autres avantages d’une augmentation de la force ?

 

Avantages :

  • Capacité de résister ou de déplacer une charge plus lourde
  • Economie d’énergie pour un travail (meilleur efficience)
  • Prévient les traumatismes, notamment articulaires. Par exemple, pour un exercice donné à une charge donnée, plus vos quadriceps seront forts, plus l’articulation du genou sera préservée
  • Aide à la performance : par exemple dans une logique d’hypertrophie, vous réussirez à avoir un meilleur volume musculaire si votre RM augmentent
  • Permet à l’organisme de s’adapter plus rapidement à la charge de travail

 

Les dérivés de la force

On distingue :

  • La force vitesse ou la puissance, qui concernent plutôt les fibres de type 2. Force et vitesse sont ici combinées.
    La Force vitesse ou la Puissance peuvent être définies comme la « capacité du système neuromusculaire de surmonter des résistances avec la plus grande vitesse possible »

Puissance = Force x Vitesse

Puissance (en watt) = Quantité de travail / temps. Cette définition de la puissance s’applique par exemple dans des exercices de types rameur.

 

  • La force endurance ou l’endurance de force, qui concerne plutôt les fibres de type 1. Un exemple classique est le cours de Body Pump

La force endurance peut être définie comme la « capacité du système neuromusculaire de résister à la fatigue et de conserver un pourcentage de tension musculaire lors d’efforts de longue durée »

 

  • L’endurance force vitesse ou l’endurance puissance, qui est un mixte des 2 notions précédentes

 

  • La force maximale, qui peut être définie comme étant la « charge maximale que l’on est capable de déplacer ou de résister sur un mouvement donné, sur une répétition ».

 

Force et système nerveux

nerves-346928_640

La force, particulièrement maximale, se développe par l’intermédiaire du système nerveux, via :

  • Un plus grand recrutement des fibres musculaires
  • Une meilleure synchronisation des fibres musculaires. Lorsque l’on parle de synchronisation, cela désigne les fibres au sein d’un même muscle (intramusculaire)
  • Une meilleure coordination des fibres musculaires. Lorsque l’on parle de coordination, cela désigne les fibres entre plusieurs muscles (intermusculaire)

 

Concrètement, comment développer sa force maximale ?

Le développement de la force maximale se fait en travaillant lourd (charges >85% de la RM1), sur des séries courtes (1 à 5 reps), avec des temps de récupération long (généralement 3 à 7 minutes), sur 3 à 7 séries (avec minimum 2 séries de montée en charge progressive).

 

Le développement de la force peut également se faire via un travail :

  • Isométrique (on résiste à la charge sans essayer de la « vaincre » : on peut alors aller jusqu’à 10% de charges en plus
  • Excentrique (travail négatif, donc sur le retour du mouvement) : on a alors aller jusqu’à 40% de charges en plus

 

Force, explosivité et puissance

Attention !!!

Explosivité et puissance sont différents.

Alors que la puissance est le produit de la force et de la vitesse, l’explosivité peut être définie comme la capacité à accélérer.

L’exemple typique du sport qui demande de l’explosivité est l’haltérophilie.

 

Force et fibres musculaires

Les fibres les plus hypertrophiables sont dans l’ordre (de la plus hypertrophiable à la moins hypertrophiable) :

  • Les fibres 2X ou 2B
  • Les fibres 2A
  • Les fibre 1

 

Force et étirements

La force peut également être développée via les étirements, plus spécifiquement via le réflexe myotatique.

Le réflexe myotatique entraîne la contraction réflexe des muscles étirés de façon dynamique (réflexe de protection pour éviter que le muscle ne se blesse).

Le réflexe myotatique permet d’obtenir jusqu’à 30% plus de force qu’une contraction volontaire.

 

Comment concrètement allier développement de la force et étirement ?

L’une des solutions est d’inclure des exercices de plio : le muscle va se préétirer et donc entraîner un niveau de force plus important

Exemples d’exercices de plio : pompes claquées, squats sautés, fentes sautées…

 

Nb : en ce qui concerne les différents types de réflexe, je vous recommande d’aller lire le cours sur le système musculaire, rubrique « le système sensitif » où j’aborde plus en détails les différents types de réflexe.

 

 

Force et prise de masse : exemple de cycles

Reussir son BPJPEPS AF AGFF LES SECRETS DE LA FORCE force halterophilie musculation

Votre cobaye souhaite prendre 5kg de masse musculaire en 4 mois.

Pour y parvenir, vous pouvez utiliser la planification suivante :

  •  Mésocycle 1 (1 mois) : adaptation anatomique
  • Mésocycle 2 (1 mois) : hypertrophie
  • Mésocycle 3 (1 mois) : force
  • Mésocycle 4 (1 mois) : hypertrophie

Vous avez la possibilité d’adapter les cycle à +/- 1 semaine et d’inclure dans la dernière semaine du cycle de force 1 semaine de décompensation (soit repos complet soit diminution de la charge ou du volume).

 

Evaluation de la force : RM1, RM6, RM10, RM15 ? 

L’évaluation de la force est un préalable indispensable à tout programme.

Elle permet de déterminer la condition physique (force) de base du moment, de révéler les lacunes et d’établir une planification individualisée.

 

Parmi les tests de force, un classique est la détermination de la RM1 (charge maximale sur une répétition).

 

Il y a cependant certains cas où il est déconseillé de tester directement la RM1. Entre autres :

  • Si votre sujet est un débutant ou qu’il s’entraîne très peu (ces tendons ne sont pas encore assez forts)
  • Si votre sujet a une technique d’exécution imparfaite
  • A partir d’un certain âge. Passé 50 ans, le risque de blessure augmente lors de tests de RM1
  • Sur un certain nombre de mouvements. On réserve habituellement les RM1 aux mouvements dits « de base » (voir la liste des mouvements de base ci-dessous) ou du moins aux mouvements poly-articulaires
  • Si votre sujet a des faiblesses articulaires ou tendineuses

 

Par exemple, si votre sujet a ressent régulièrement de fortes douleurs aux genoux, vous allez éviter de lui faire passer une RM1 en Squat

 

Si votre sujet se situe dans l’un de ses cas, il est fortement recommandé d’utiliser une RM plus élevée. On part généralement sur une RM6, une RM10 voire une RM15 mais on peut très bien choisir une autre RM.

On voit quel poids maximal peut supporter notre cobaye sur 6, 10 ou 15 reps puis on en déduit sa RM1 via une table (Bergé ou Brzycki).

 

Exemple : votre cobaye parvient à soulever 70kg au développé couché sur une série de 6 répétitions. Sa RM6 est donc de 70kg. Si je prends la table de Bergé, 6 répétions correspondent à 85,8% de la RM1. Vous faites donc ensuite un produit en croix et vous déterminez que la RM1 théorique de votre cobaye est de 81,6kg

Détail du calcul : (70 x 100/ 85,8) = 81,6kg.

Si vous avez des questions sur les secrets de la force, posez-les en commentaire !

 

Livret gratuit à télécharger : cliquez sur l’image

Visuel Livret PENDANT

5 commentaires

Rajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.