La musculation au service de la course à pied

Musculation course à pied Devenir coach sportif Diplôme BPJEPS AGFF BP formation

Course à pied et musculation font-ils bon ménage ? Un programme de musculation adapté peut-il optimiser vos résultats en course à pied ?

nb de Frédéric : cet article est le second écrit par Christophe Harmand, qui va contribuer à enrichir le blog de ses connaissances. Christophe est entre autres coordinateur d’un centre de formation qui propose les spécialités AGFF, APT et AAN du BPJEPS. Vous pouvez le découvrir plus en détails sur la page présentant les auteurs du blog.

 

 

Lorsque l’on parle de course à pied, tout le monde s’entend pour citer l’endurance cardiovasculaire comme principale qualité à développer.

Le premier réflexe du coach serait d’ailleurs d’orienter un coureur qui rentrerait dans sa salle vers le tapis de course le plus proche pour coller au plus près de son activité principale.

Sans être forcément une mauvaise analyse du pratiquant ni un mauvais choix d’appareil pour lui permettre d’atteindre ses objectifs, une autre approche peut toutefois être mise en place dans ce cas précis….

 

Avec la consommation maximale d’oxygène (VO2max), le rendement énergétique est le paramètre que l’on relie souvent à la performance des coureurs. Ce dernier vise à réduire l’énergie dépensée en ayant une posture et une foulée les plus économes possibles (notamment en réduisant les résistances à l’avancement).

 

Par opposition, l’entraînement en musculation et plus particulièrement le développement de la force maximale est souvent considéré comme nuisible au développement de cette endurance.

 

L’analyse de la littérature scientifique met toutefois en évidence des bénéfices sérieux de la musculation au service des coureurs.

 

Il y a donc un intérêt à proposer des séances sur le plateau de musculation aux pratiquants de course à pied de tout niveau. Les séances devront bien sûr être progressives et adaptées à chaque individu mais leur proposer une évaluation de leur 1RM puis un cycle de développement de la force maximale pour les membres inférieurs peut être un bon moyen de récupérer un pratiquant assidu de plus sur votre plateau !

 

Pour argumenter la proposition de votre programme à cette population, sachez que l’amélioration du rendement énergétique visé sera probablement due à un meilleur recrutement moteur ainsi qu’une augmentation de la rigidité du complexe musculo-tendineux des membres inférieurs. Cette rigidité engendre une meilleure exploitation de l’énergie élastique et améliore en conséquence le rendement énergétique.

 

Voici donc pourquoi un entraînement en force maximale qui demande peu de temps, peut être couplé avec la séance de course et permet d’obtenir des résultats sans nuire aux autres capacités de l’athlète.

 

Écrit par Christophe.

Pour me joindre par mail : christophe@reussirsonbpjeps.com

Rajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.