Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Coach cours co : comment gérer son entrainement personnel ?


Si le fait de bien gérer son temps en tant que coach est un sujet récurrent, on ne parle pas si souvent de celui de bien gérer son entrainement personnel. Et pourtant, les deux sont intimement liés. Notamment en ce qui concerne les éducateurs sportifs spécialisés en cours collectifs. Car s’il est relativement aisé de conserver son énergie physique sur du coaching en musculation, il n’en est pas de même pour l’animation en salle qui nécessite souvent un engagement corporel important. Et c’est bien là où le bât blesse.

Il suffira d’un emploi du temps discontinu avec de larges amplitudes horaires pour perdre la motivation et laisser de côté son entrainement personnel. Et pour cause : comment se booster alors même qu’on vient d’enchaîner 3 heures de cours co le matin et qu’il faut remettre ça le soir ? Pas évident… Il est pourtant primordial de continuer à prendre du temps pour soi. Un coach responsable est un coach qui prend soin de son corps car c’est son outil de travail, ne l’oublions pas !

C’est pour cette raison que je vous livre quelques astuces dans cet article pour vous aider à ne pas négliger cet aspect fondamental de votre préparation physique et mentale.

 

S’économiser

On ne le dira jamais assez, mais un prof de cours co qui dure longtemps est un prof qui s’économise. « Ah bon ? Mais il faut être à fond, il faut tout donner pour motiver les gens ». Oui… effectivement il faut donner. Mais peut-être pas tout. Surtout pas tout justement. Souvenez-vous de vos cours de physiologie de l’exercice. L’entrainement excessif « dérive directement de la croyance selon laquelle « plus on fait, meilleur on est ». Il n’améliore pas la condition physique et conduit au contraire à la baisse de performance. Il expose le sujet à des problèmes pathologiques ».[1]

Il ne s’agit donc pas de tout donner mais au contraire de garder une marge de manoeuvre pour son entrainement personnel. La dépense énergétique doit toujours être en dessous de vos capacités maximales pour préserver le stock de glycogène. Car si vous épuisez l’intégralité de vos réserves à chaque cours donné, il sera impossible pour votre corps de les renouveler. Un prof de fitness donne des cours trop rapprochés dans le temps pour se permettre un tel effort car la récupération est très longue suite à une déplétion glycogénique. Un marathonien prendra le temps de reposer quelques jours après sa course, mais vous ? Que vous ayez du jus ou non, il faudra quoi qu’il arrive remonter sur le gymfloor.

Entrainement personnel BPJEPS cours co coach sportif optimiser

Alors ne risquez pas de vous blesser bêtement en jouant avec le feu du surentraînement. Comme le disait le célèbre poète Jean Racine: “Qui veut voyager loin ménage sa monture”… ou en d’autres termes: qui souhaite continuer à cartonner en cours co doit chouchouter son entrainement personnel. Revenez donc aux fondamentaux en vous posant la bonne question : comment puis-je être un rôle modèle sans m’épuiser ?

 

Etre un rôle modèle stratégique

Qui a dit qu’il fallait aller au bout de soi-même pendant ses cours collectifs ? Quel est le but, quel est l’enjeu ? Entrer en compétition avec vos participants ? Si c’est ce que vous pensez, soyez sûr d’une chose : un jour ou l’autre, vous perdrez. N’oubliez jamais que vous ne pouvez pas être le meilleur performer de tous les temps, c’est impossible. Il y a forcément plusieurs clients qui développeront des qualités physiques supérieures aux vôtres, vous ne pouvez pas lutter contre ce phénomène.

Est-ce un mal en soi ? Bien sur que non. Car ce n’est pas parce que vous poussez moins lourd ou que vous ne parvenez pas à toucher votre tête avec vos pieds que vous ne serez pas un bon coach pour autant. C’est le principe même de l’entraineur de haut niveau : celui-ci n’est pas là pour rivaliser avec son athlète mais pour le guider vers son potentiel maximum. Votre rôle est là en tant que prof de fitness. Gardez bien en tête que les cours co sont l’entrainement personnel des pratiquants, pas le vôtre.

Laissez tomber la compète avec vos clients (ou alors de temps en temps, pour le fun), soyez humble. Mais comment garder son énergie tout en envoyant du lourd dans l’animation ?

 

L’art de l’illusion

Un prof de fitness, c’est un peu un acteur. Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas à fond que vous ne pouvez pas prétendre l’être. Mais comment ? Prenons un cours de type RPM ou cycling par exemple. Qui vous oblige à augmenter la résistance de votre vélo ? Vous pouvez très bien donner cette consigne aux participants mais ne pas l’appliquer à vous-même. En posant votre serviette sur l’avant du cadre guide, vous masquerez parfaitement la molette de vitesses et personne n’en saura rien.

De la triche direz-vous ? Non… De la stratégie plutôt. Gardez votre énergie pour donner de la voix. C’est là que le participant vous attend car ce sont vos instructions qui vont le motiver. Pour ce qui est la performance physique, ne vous inquiétez pas : les clients peuvent entrer en compétition les uns avec les autres. Pas besoin de vous sacrifier pour les challenger. Au contraire, c’est à vous d’en profiter pour leur en faire faire un max sans avoir à mouiller le maillot… avant votre entrainement personnel bien sur! Lancez le mouvement et promenez-vous dès que possible. Allez voir les gens, postez-vous à côté d’eux pour les booster, mettez-les face à face, faites des groupes… Bref, ne passez pas votre temps à faire le mouvement : faites faire !

Autre astuce, pour les cours un peu plus chorégraphiés où il est plus difficile de quitter l’estrade : invitez des participants à co-animer avec vous. Cela leur fait très plaisir car ils sont valorisés, et vous pendant ce temps-là, vous pouvez passer tranquillement en arrière-plan et décharger votre barre. Ou mettre moins d’intensité dans les sauts. Ou faire carrément une pause boisson. Tout est possible puisque vous ne serez plus le centre de l’attention. C’est la même technique que le magicien qui attire l’œil du public sur sa main droite… et fait ce qu’il veut avec sa main gauche puisque que plus personne ne la regarde. Malin non ?

 

Planifier son entrainement personnel en fonction du type de cours donné

Une fois que vous vous êtes assurés de ne pas cramer toute votre énergie dans les cours collectifs que vous animez, il est temps de penser à votre entrainement personnel. Comme n’importe quel sportif, il est important que vous planifiiez vos séances. Le type de cours que vous donnez va avoir une incidence sur cette organisation. En effet, même si vous vous économisez pendant vos cours, vous allez quand même y fournir une énergie conséquente. A vous donc d’étudiez la dominante que vous allez donner à votre journée.

Plusieurs stratégies peuvent s’opérer. Par exemple : vous avez beaucoup de cours cardio le matin, une pause l’après-midi et des cours cardio le soir. Vous pouvez opter pour le fait d’enchainer votre séance cardio juste après vos cours de la matinée (votre corps étant déjà échauffé, vous restez dans la même logique d’activité). En parallèle, vous prenez soin d’en faire un minimum sur les cours que vous donnez, particulièrement ceux du soir lorsque votre corps sera refroidi. A l’inverse, vous pouvez choisir de travailler un autre type de qualité physique ce jour-là pour équilibrer les efforts fournis (la souplesse ou l’endurance musculaire par exemple).

Quel que soit votre choix, vous pouvez tout à fait vous permettre de vous dépasser physiquement lors de vos séances personnelles, tant que celles-ci ne sont pas placées au hasard. Pour ne pas faire fausse route, déterminez l’intensité et le volume de vos séances en fonction de votre planning de travail et de la forme du jour. Analysez précisément vos besoins et ajustez votre trajectoire en conséquence. Si j’ai des courbatures partout, un peu mal à la tête et une animation spéciale en raison de journées portes ouvertes, est-ce qu’il sera judicieux de placer une séance HIIT ? Peut-être pas… Mais est-ce une raison pour ne pas prendre de temps pour soi pour autant ? Pour faire une séance de relaxation par exemple, ou d’étirements passifs ?

Les techniques douces font parties intégrantes de votre entrainement personnel puisqu’elles vous permettent de récupérer de manière active. Ne tombez pas dans le piège du tout ou rien : soit je me défonce à l’entrainement, soit ce n’est pas la peine. Vous risqueriez de blesser et de perdre votre motivation. Alternez les séances de haute intensité et de récupération pour optimiser votre entrainement.

 

Et se faire coacher ?

Sujet encore tabou dans la profession, il n’est pourtant pas délirant de se faire coacher… par un autre coach. Cela peut se révéler très utile pour se libérer l’esprit, être bien conseillé et prendre du recul sur sa propre pratique. Il existe différentes manières de se faire coacher pour son entrainement personnel. La plus classique consiste à se faire suivre de manière individuelle en séance privée, mais il en existe d’autres.

Vous pouvez tout fait vous inscrire ponctuellement à des stages, des conventions, des évènements sportifs… Ou faire partie d’une communauté telles que celles qui se créent par des pratiquants amateurs ou via des marques comme Reebok ou Herbalife. Une autre technique consiste à se former à certaines méthodes qui vous indiqueront un protocole précis à appliquer, comme les programmes CTS de Christophe Carrio par exemple. A l’ère de l’explosion numérique, il est facile d’accéder à ces informations de qualité, que ce soit par des e-books, des articles, des tuto vidéo… alors profitez-en !

Car le manque de motivation pour s’entraîner ne vient pas toujours de la fatigue physique ou du manque de temps, mais aussi de la saturation de donner… sans avoir la possibilité de recevoir. Mettez-vous dans la position de la personne coachée, offrez-vous ce luxe pour mieux vous ressourcer. Inverser les rôles permet de recharger efficacement les batteries et d’être encore plus performant dans son travail. N’hésitez pas à être « égoïste » sur ce point : pensez à vous et accordez-vous du temps pour vous entraîner et prendre soin de votre outil de travail.

Et même si cela peut représenter un certain coût parfois (sacrifier une grasse matinée, dépenser de l’argent, reporter une sortie), cela en vaut vraiment la peine. Car un coach bien dans son corps et dans sa tête est un bon coach pour ses clients… qui lui resteront fidèles. Il y’a de quoi se motiver, non ?

 

Alors pour continuer à vivre de votre passion, GO sur l’entrainement personnel !

One commentaire

Rajouter un commentaire

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.